vendredi, septembre 05, 2014

André Alary nous a quitté

Qui n'avait jamais rencontré sur le banc devant la pharmacie du pont
ou sur la place du marché où il demeurait depuis sa plus jeune
enfance cet homme aux superbes bacchantes blanches que l'on
surnommait Péu blanc?
Il y a quelques jours, ce Sommièrois , mon copain, ...nous a quitté .
A.Alary était une 'mémoire' de Sommières, bien que --comme il
disait-- n'ayant jamais fait de grandes études il était extrêmement
qualifié quant aux origines des 'dictons et expressions'...des noms de
communes , de familles ....
Tous les samedis lorsque je le rencontrais , en plus des «dernières
nouvelles» il me rappelait des histoires de notre jeunesse en me
disant souvent : «de la classe ( nous étions une bonne vingtaine au
passage au conseil) nous ne sommes plus que six ».....
Après avoir pendant longtemps travaillé à la mine de Salinelles , à sa
fermeture il continua comme ouvrier agricole au domaine de Massereau .
Cependant ce que beaucoup ignorent c'est qu'en plus de ses «dons de
guérisseur» il avait une réelle passion pour la sculpture . Dans sa
cave au marché ou à son mazet à Massereau, lorsqu'il avait
l'inspiration, il sculptait la pierre de Pondres ou celle du bois de
Lens . Bien qu'il n'ait jamais exposé on peut voir quelques unes des
ses œuvres : une au pensionnat Maintenon, une autre à la
mairie.....Comme moi il avait été un des premiers à faire la
connaissance et apprécier l'arrivée à Sommières de l'écrivain Lawrence
Durrell qui au cours de ses promenades n'oubliait jamais de
s'arrêter au mazet pour boire un coup de la cartagène d'André !

 Mardi, je l'ai accompagné à sa dernière demeure , et à
mon tour je suis entrain de dire : de la classe nous ne sommes
maintenant ... plus que cinq!
Enregistrer un commentaire