jeudi, janvier 25, 2007

SOUVENIRS : NATIONALE 110 Montpellier-LeCrès

Dans le "tram" sur le pont de Castelnau
Je venais d'avoir dix huit ans, il y avait quelques semaines que j'avais passé mon permis de conduire, je me prenais déjà pour Fangio ( l'Alain Prost de l'époque!) et en plus mon père venait d'acheter la dernière 203 Peugeot sortie. Nouveauté de cette voiture, elle possédait une quatrième vitesse dite "surmultipliée".
Un dimanche d'hiver, après avoir passé l'a.m. à Montpellier chez mon frère, nous décidons avec mes parents de reprendre la route afin de rentrer avant la nuit. Mon père me laissant conduire je me réjouissais à l'avance de prendre cette nationale à la sortie de la ville où je pourrais enfin "passer" cette surmultipliée.
A la sortie de Castelnau la route presque droite jusqu'au "Crès" était bordée de platanes avec pratiquement aucune construction mis à part quelques "mas". Il avait abondament plu toute la journée et les fossés de chaque côté de la route regorgeaient d'eau laquelle débordait même à certains endroits sur la chaussée.
Compte tenu du mauvais temps, il n'y avait aucune circulation et j'en profitais pour rouler à fond la caisse ( comme disent les jeunes maintenant) au milieu de la route. Je me régalais de regarder dans les rétroviseurs les gerbes d'eau que je faisais.... A un moment pourtant, afin de croiser une rare voiture venant en face, je me suis rangé toujours aussi vite, un peu plus à ma droite et là, au bout de quelques centaines de mètres....plus de reprise...roue libre. Pensant avoir calé j'ai bien tiré une dizaine de fois sur le démareur mais j'avais bel et bien noyé mon moteur. Au bout d'une demie-heure un automobiliste s'est bien arrêté mais il n'a pu que constater comme nous que nous étions en panne.
Alors que nous envisagions de marcher sous la pluie jusqu'au mas le plus proche afin de téléphoner, nous avons eu la joie d'apercevoir au bout de la route le car d'Alès. Nous voyant trempés le chauffeur s'arrêta et bien que le règlement l'interdise..accepta de nous prendre. C'est donc à la nuit que nous sommes rentrés chez nous. Le lendemain avec le garagiste nous sommes venus récupérer notre auto. Pendant la nuit la bobine et les bougies avaient eu le temps de sêcher et au premier coup de démareur le moteur se mit en marche. Cet "incident", en plus d'une "belle enguelade" m'a servi de leçon :
Depuis il m'est arrivé souvent de rouler dans l'eau Mais je n'ai jamais noyé mon moteur!
......Et pour terminer un autre petit incident qui est survenu celui là quelques kilomètres plus loin après l'embranchement de la route d'Alès sur la nationale 113. C'était du reste bien quelques années plus tard et nous revenions d'une soirée étudiante à Montpellier. Mon frère roulait devant moi dans une "quatre chevaux" prêtée par son beau frère et sans faire la course nous roulions assez vite. Je le suivais d'assez près lorsque tout à coup il donna un grand coup de frein et s'arrêta au beau milieu de la route. Alors que je venais de stopper quelques mètres derrière lui et m'apprêtais à sortir pour le traiter de tous les noms d'oiseaux, il bondit de sa voiture pour ramasser un beau lièvre qu'il venait de heuter. Content de cette chasse, j'en profitais pour repartir et passer devant lui et, je n'avais pas fait un kilomètre que dans mes phares je vois "une autre belle lèbre". Un coup de kaxon, l'animal se dresse sur ses pattes, un grand coup de frein ...et le tour est joué moi aussi j'ai "fait" mon lièvre !
J'avais seulement oublié mon frère qui arrivait derrière et qui, moins attentif que moi, pour m'éviter se retrouva dans le fossé. Bilan de notre soirée : Deux lièvres....mais une voiture cabossée !!!

C'est donc en passant l'autre jour avec le tram....et les embouteillages sur ce boulevard que j'ai constaté de tels changements.
Posted by Picasa
Enregistrer un commentaire