jeudi, juin 14, 2007

SOMMIERES: LA COUSTOURELLE

SOMMIERES :LA COUSTOURELLE

Grand-père et petite fille :


Je me souviens parfaitement, c'était l'année dernière et, les vacances terminées, tu venais de reprendre le chemin de l'école. Nous avions profité d'une belle après-midi de ce mercredi et gravi ensemble le petit chemin étroit qui conduit aux ruines du château de Mont-Redon. Là-haut nous avions longuement admiré le magnifique paysage ; en bas Sommières, le Vidourle, les ponts et les nouveaux lotissements, à notre gauche, toujours dans la plaine, Salinelles et la chapelle St Julien et derrière nous le Pic Saint Loup.

Mais ce que tu avais le plus aimé c'était en façe de nous,cette immense forêt (pour toi) sombre qui s'étendait de la tour de Sommières au château de Villevieille: La Coustourelle.

Et maintenant tu voudrais que je te conduise là-bas ?

Et bien c'est promis...un de ces mercredis où tu seras libre et que tu n'auras pas de cours de musique ou de danse, nous monterons par le vieux sentier de La Vignasse ou si le chemin est trop mauvais nous passerons par celui de « queue de renard » et nous arrriverons sur cette colline d'où le soleil semble se lever chaque matin. Sa ceinture de pins à la robe sombre la rend austère et sous ses grands arbres la verdure y est rare.

N'importe! Pour beaucoup de sommièrois de mon âge, La Coustourelle reste un lieu magique et plein de souvenirs .... et pour toi, mignonne fillette, j'accomplirai une fois encore, ce pèlerinage. Tant pis pour mes vieilles jambes et leurs rhumatismes.

Là-haut, nous nous assiérons au pied d'un de ces grands arbres dont le tronc semble pleurer des larmes brunes, et nous écouterons la chanson du vent à travers le feuillage des aiguilles....

Puisque tu aimes la musique et que tu te passionnes pour la danse, nous irons donc écouter la chanson du vent dans les grands arbres de la colline tout près de La Vignasse.

Ah ! cette musique dans les pins : tantôt douce comme le murmure de la brise qui fait onduler les moissons dans la plaine elle devient souvent entrainante et presque virile. Elle me trouble et m'émeut sans que je puisse dire pourquoi... et les rayons du soleil au travers des branches agitées par le vent ...quel spectacle d'ombre et lumière digne d'un magnifique ballet!

....A ton tour tu l'écouteras et peut-être que toi aussi, dont l'oreille est plus subtile et l'âme plus délicate, y reconnaîtras-tu quelques vieilles complaintes.

Mais au fait sais-tu que cette colline mythique que nous adorons tous a inspiré naguère un poète sommièrois ? En effet c'est Poussigues-Meyrel qui au début du siècle dernier, avec son ami Henri Verdun écrivirent « La Coustourelle », musique qui ouvrait pratiquement toutes les manifestations locales que l'on appelait alors des concerts . Du reste dans mes vieux papiers, au grenier je crois que j'ai encore la « partition » car je suis sur que tu ne vas pas me croire, je jouais à l'époque du cornet à piston avec la musique « nos espoirs Sommières-Calvisson ».

C'était il y a bien longtemps et j'avais plus de souffle quà présent !


Enregistrer un commentaire